La gestion de la comptabilité d’une entreprise est une activité quotidienne. Pour ce faire, de nombreuses structures confient cette charge de travail à des cabinets d’expertise-comptable. Ces enseignes doivent faire parfois appel aux commissaires aux comptes pour valider les bilans et certifier les comptes de l’entreprise. Qu’est-ce qui différencie les experts-comptables des commissaires aux comptes ? 

L’expert-comptable n’est pas forcément un commissaire aux comptes

Le commissaire aux comptes (CAC) est généralement un expert-comptable qui a effectué deux ou trois années de stage auprès d’un commissaire aux comptes certifiés. Sans la validation de ce stage, les comptables ne peuvent pas exécuter les missions relatives au commissariat aux comptes. 

A voir aussi : Statuts freelance : choisir le bon statut en fonction de son activité et de ses objectifs

Ces tâches consistent à certifier les actes et les documents comptables des entreprises. Le CAC réalise des audits pour contrôler et approuver le travail des experts-comptables. Comme précisé sur https://myne-expert.fr/, les audits effectués par le commissaire aux comptes sont légaux. 

La certification des comptes annuels des sociétés est une action importante pour une certaine catégorie de personnes morales. Lorsque la somme de tous les actifs de votre structure est supérieure ou égale à 4 millions d’euros, il faut faire appel au CAC. 

Avez-vous vu cela : Le portage salarial : une alternative moderne au travail indépendant

Les rapports entre les experts-comptables et les commissaires aux comptes

Il n’existe aucun lien de subordination entre les experts-comptables et les commissaires aux comptes. Chaque professionnel est régi par une entité administrative spéciale. Il s’agit de l’Ordre des experts-comptables et du Haut conseil du commissariat aux comptes, dirigé par le Ministère de la Justice. 

Le comptable ne reçoit donc pas d’ordre de la part d’un CAC. Toutefois, il a le devoir de faciliter la mise en œuvre des missions d’audit. Pour ce faire, l’expert-comptable doit préparer les documents et les comptes objets du contrôle. Il doit considérer les corrections et suivre les recommandations faites par le CAC après les auditions. 

Les implications de la mission du commissaire aux comptes

Les missions du commissaire aux comptes impliquent que ce professionnel intervient de manière ponctuelle dans la gestion de l’entreprise. Il ne doit entretenir aucune relation de proximité avec la société qu’il contrôle. Contrairement aux experts-comptables, le CAC n’intervient pas dans la gestion quotidienne des structures. 

Les chefs d’entreprises doivent faire appel à l’expertise des commissaires aux comptes des cabinets de comptabilité pour légaliser leurs comptes. En général, les audits que vous commanditez sont régis par des contrats spécifiques. L’intervention d’un CAC permet : 

  • d’approuver les comptes de la structure ;
  • d’évaluer le potentiel financier de la société ;
  • d’assurer une gestion transparente de l’entreprise, etc.

La certification des comptes et le contrôle des bilans sont aussi obligatoires pour les associations à but non lucratif. Ces enseignes doivent faire intervenir un CAC lorsque le montant de leurs subventions publiques atteint 153 000 euros. Aussi, si les ressources financières de ces structures dépassent 200 000 euros, les contrôles du commissariat aux comptes deviennent obligatoires.

Est-ce que les experts-comptables sont des commissaires aux comptes ?